Bienvenue…

Ce blog voudrait vous faire partager la poésie de Bernard Perroy parmi ses ouvrages publiés et de nombreux inédits. Aussi quelques-uns des auteurs ou peintres qu’il apprécie.

portrait b.perroy-k

         Bonne promenade !

*

ATTENTION !  Vient de paraître chez AL MANAR
« Je n’ai d’autre désir »
poèmes : Bernard Perroy / encres : Rachid Koraïchi

17884460_10158481883695035_2893284726710136917_n

pour commander 

*
Interview of B. Perroy by Vatsala Radhakeesoon
pour la revue SETU – Bilingual journal published from Pittsburgh, USA : July 2017
*
CONTRE  LE  SIMULACRE
B. Perroy réponds aux questions de « Recours au Poème » n°172 – mars 2017

*

- Dernières parutions -

Je n’ai d’autre désir, éd. Al Manar, 2017
Extraits du large, éd. La Porte - »Poésie en voyage », 2015
Cahier d’un soir d’été, éd. La Porte - »Poésie en voyage », 2013
La nuit comme le jour, éd. Le Nouvel Athanor, préf. Gérard Pfister, 2012
Une joie tremblante, éd. Ad Solem, préf. J.P. Lemaire, 2012

*

des Livres pauvres (coll. Daniel Leuwers)

Les Essais  (collage Max Partezana), 2017
J’entends bouger (rélisation plastique Chantal Giraud), 2017
à perte de vue (rélisation plastique Chantal Giraud), 2017
Masques (collage Max Partezana), 2017
La vie en rose (collage Max Partezana), 2017
L’héritage fabuleux (collage Max Partezana), 2016
Alcools (encre, aquarelle Colette Ottmann), 2016
Sources du vent (rélisation plastique Chantal Giraud), 2016
L’embellie (aquarelles-fusains Jean-Noël Bachès), 2015
L’ange (encre Hanna Sidorowicz), 2015
L’Arrière-pays (collage Ghislaine Lejard), 2015
Charmes (encre Rachid Koraïchi), 2014
LA-vie-en-rosesources-du-vent2

charmes-couv-site

l-ange  uuuuuuu

*

Textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit

© Bernard Perroy ou éditions signalées.

*

et c’est tant mieux…

21167781_2043061599309395_1317100137184587705_o21192853_2043064375975784_5844084654314286440_n
21231246_2043063022642586_3063347946629832151_n21199796_2043070725975149_6257680029454334216_o
© Bernard Perroy – Le Viel – Noirmoutier 2017
Se satisfaire des chemins écartés,
des souvenirs d’enfance,
 
arpenter le jour, au jour le jour,
avec le coeur insoumis,
 
se projetant en dehors du sentier
de nos propres habitudes,
 
et prendre sur soi, infiniment,
pour dépasser toute tristesse,
 
fixer la plus profonde des émotions,
qui nous retient au fil des ans,
 
celle de ne rien encore comprendre de la vie,
 
et c’est tant mieux…
 
Bernard Perroy

 

 *

Depuis toujours…

D.Lefevre-palette de la peintre Leslie Xuereb-Chartres-2004L1020579

© D.Lefevre-palettes de la peintre Leslie Xuereb-Chartres-2004

Pourquoi chanter,

avec des bouts de mots
de toutes les couleurs,

la chance de vivre 
en chemin

avec ses joies 
et ses tristesses ?

Chacun s’y retrouve sans doute…

Et l’or des jours 
comme des coeurs

s’éparpille dans l’air 
que l’on respire,

indomptable depuis toujours…

Bernard Perroy

*

j’apprends de votre regard…

B.PERROY-plage de Luzéronde - Noirmoutier-2012

© ‎B. Perroy - plage de Luzéronde, Noirmoutier 2012

Amants de l’horizon
qui venez le soir vous abreuver
du spectacle des vagues,

j’apprends de votre regard
quand il ne retient plus rien
et s’abandonne par la force des choses 

à ce qu’il reçoit
dans ce mouvement d’eau
doucement balancé
d’ombres et de lumière…

Bernard Perroy

*

Toute vie…

B.PERROY-Sologne-2011

© Bernard Perroy – Sologne, 2011

Toute vie
est un départ

qui se réitère
d’heure en heure,

jour après jour,
saison après saison,

et rien ne peut
endiguer cette marche

où nous allons
à la recherche

d’un horizon
ébloui de lumière

dont l’origine
se tient discret

tout au fond
de nos cœurs …

Bernard Perroy

*

La mer …

20106528_2014534388828783_5139094849616679712_n20690012_2032292053719683_8718614244264898489_o19732035_2009214849360737_7525118836288396685_n

 © Bernard Perroy – Noimoutier, le port du Viel (diverses années) + Liban (au centre) 2011

La mer étale son énigme
devant mes yeux…
Le proche et le lointain
se rassemblent soudainet c’est comme la note sublime
qui scande à toute heure
les pleins et les déliés de mon âme

invitée à recoudre le temps
quand il s’éparpille
de trop d’expériences
qu’il me faut rassembler

dans l’origine du langage
dont l’harmonie me donne à respirer
combien ciel et terre
sont un seul et même pays…

Bernard Perroy

*

Les mots…

20106528_2014534388828783_5139094849616679712_n

© Bernard Perroy - port du Viel – Noirmoutier 2013

Les mots ne me seraient
que des ombres,

un peu d’encre jetée
sur la page,

s’ils n’étaient tirés
de mon souffle

qui espère l’aurore…

Bernard Perroy

*

jusqu’à plus soif…

19732035_2009214849360737_7525118836288396685_n

© Bernard Perroy - Le Vieil, Noirmoutier 2010

 

départ pour l’inconnu,

la langue se délie,

les mots pèlerins
s’avancent pas à pas
sur la page,

que nous buvions
jusqu’à plus soif

l’horizon promis.

Bernard Perroy

*

couleur de lune…

18216628_1946805658934990_627196530714118793_o

© Bernard Perroy - plage de Luzéronde – Noirmoutier 2012

J’imagine le bruit
d’un tendre mot couleur de lune
quand il tombe sur le sable,

un mot comme un cri,
dans le tumulte du monde,
que plus personne n’entend…

Bernard Perroy

(3 mai 2017)

I Imagine the Sound

I imagine the sound
of a soft word by the moonlight
falling in the sand,This word , seemingly a shriek
amidst the chaotic world

is one no one hears anymore…

 (traduction par Vatsala Radhakeesoon)

*

J’irai dès l’aube…

18238126_1944128002536089_207956053520700143_o

© Bernard Perroy - plage de Luzéronde – Noirmoutier

J’irai dès l’aube
caresser du regard
le ciel doux

et le soir sur la rive
me laisser envahir
par la lumière,

mon seul héritage,
ma seule espérance,
ma seule joie

qu’accompagnent des lignes
tracés dans le sable
et la vérité des rides
creusant nos visages…

Je défilerai la laine
de mes allégresses
et de mes terreurs

dans un conte improbable
que je confierai tout bas
aux oreilles du coeur

de celui qui affleure
page après pages
le défilé cahin caha

de tous mes mots…

Bernard Perroy

*

à perte de vue…

18058024_1941612722787617_8357604817856330019_n

© Bernard Perroy - Sologne – 2017

Se dire, faire vibrer
sur le clavier du coeur

ce qu’on ne sait pas très bien,
Jean-qui-rit, Jean-qui-pleure,

toutes ces profondeurs
en soi que l’on porte à toute heure

sans trop savoir comment,
sans trop savoir pourquoi,

comment pourquoi on aime
en chemin la lumière, les chênes

et tout ce qu’il y a d’humain en chacun
pour poursuivre la route sur la rive

d’où l’on voit si l’on veut bien
à perte de vue,

par-dessus les horreurs,
toute la beauté du monde.

Bernard Perroy

*

12345...18



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme