Bienvenue…

Ce blog voudrait vous faire partager la poésie de Bernard Perroy parmi ses ouvrages publiés et de nombreux inédits. Aussi quelques-uns des auteurs ou peintres qu’il apprécie.

portrait b.perroy-k

         Bonne promenade !

*

à découvrir aussi :

SITE

INSTAGRAM

FACEBOOK

WIKIPEDIA

*

Bernard Perroy et ses collaborations avec artistes

un article dans TERRE à CIEL :

B.Perroy & Livres d’artistes

24129891_2086951264920428_7476194300894090698_n33322845_2188868561395364_322327872406552576_n

*

ATTENTION !  dernier paru chez AL MANAR
« Je n’ai d’autre désir »
poèmes : Bernard Perroy / encres : Rachid Koraïchi

17884460_10158481883695035_2893284726710136917_n

Pour commander

*
Très bel article de Marie-Hélène Prouteau  sur « Je n’ai d’autre désir »,
dans le site de poésie « Terre à ciel » 
*
Interview of B. Perroy by Vatsala Radhakeesoon
(pour la revue SETU – Bilingual journal published from Pittsburgh, USA : July 2017)
*
CONTRE  LE  SIMULACRE
B. Perroy réponds aux questions de « Recours au Poème » n°172 – mars 2017

*

- dernières parutions -

Je n’ai d’autre désir, éd. Al Manar, 2017
Extraits du large, éd. La Porte - »Poésie en voyage », 2015
Cahier d’un soir d’été, éd. La Porte - »Poésie en voyage », 2013
La nuit comme le jour, éd. Le Nouvel Athanor, préf. Gérard Pfister, 2012
Une joie tremblante, éd. Ad Solem, préf. J.P. Lemaire, 2012

*

parmi les derniers Livres pauvres :

Sainte-Anne avec Max Partezana, 2018
Quand l’aube tient promesse avec Maria Desmée, 2018
Pyramide humaine avec Catherine Viger, 2018
Sous la saison du vert amour avec collage de Max Partezana, 2018
Le jour brille avec réalisations plastiques de Maria Desmée, 2017
Consolation avec réalisations plastiques de Catherine Vigier, 2017
Houle, A voix haute avec collages de Ghislaine Lejard, 2017
« à perte de vue » avec réalisations plastiques de Chantal Giraud, 2017
 
sources-du-vent2l-ange  
33045033_2186860368262850_4388621974172073984_n

*

Textes et photos de ce blog ne sont pas libres de droit

© Bernard Perroy ou éditions signalées.

*

SITE

INSTAGRAM

FACEBOOK

WIKIPEDIA

grand ou petit…

39930184_2283535161928703_8365630534851756032_n

© Bernard Perroy - Sologne – 2018

tout est petit 
ou grand,

balance 
entre l’énorme
ou l’insignifiant,

et ce ne sont
que les oreilles
ou les yeux
du coeur

qui jouiront
de l’indicible,
de l’inouïe

niché 
en toute chose,
petite ou grande,

en ne sachant 
d’ailleurs
plus très bien
faire la différence…

Bernard Perroy

*

Bien souvent…

39309648_2276746515940901_3419700437643689984_n

© Bernard Perroy - Sologne – 2011

Bien souvent
crier creuse notre propre tombe

plutôt que de nous laisser
relever par la vie…

Et peut-être vaut-il mieux 
s’ouvrir 

à l’audace d’un consentir

pour que la nuit
nous couvre de tendresse,

que nous puissions mourir 
peut-être certains jours

comme tombent les feuilles,

perles d’or à l’automne
virevoltant sous la lumière… 

Bernard Perroy

*

 

 

 

La mer…

37582382_2246064772342409_7776646357992865792_n

© Bernard Perroy - Liban – 2011 (non loin de Tripoli)

La mer 
est sans âge,
écrivait Nadia Tueni,

et se pourrait-il 
qu’elle soit aussi
sans frontières,

comme on allonge son regard
sur le mouvement des vagues,
vers l’horizon,

comme l’enfant apprend
d’une étoile à contempler 
la nuit

en offrant 
au silence son rêve d’enjamber 
la vie comme on rit soudain

devant un autre regard
en osant croire 
à la tendresse…

Bernard Perroy

*

Les grands oiseaux…

36176961_2218019721813581_483748256812105728_n

 © Bernard Perroy – Noirmoutier 2013

Les grands oiseaux
chevauchent le silence,
avancent dans l’azur
avec aisance et sans bavure,

et ce n’est rien
qu’un peu de vent
qui les bouscule
avant que naissent leurs cris

annonciateurs d’orage
et des tempêtes qui font rage aussi
dans le fragile paysage de nos cœurs…

Bernard Perroy

*

I grandi gabbiani
cavalcano il silenzio,
procedono nel blu
disinvolti e senza sbavature,

e niente più
che un poco di vento
li sospinge
prima che il loro grido nasca

ad annunciare tempeste
e burrasche che pure devastano
il paesaggio fragile del nostro cuore.
(traduction de Marta traduce)

*

Les mots m’échappent…

34407905_2195113097437577_699203818042163200_n

 © Bernard Perroy - Nantes, 2012

 

Les mots m’échappent

et mes pas se poursuivent dans l’étonnement

ou sur la pente silencieuse d’une entente avec l’ami

de toujours pour qui la mémoire et l’avenir

se mélangent sur place et chantent sans fard

la basse continue par laquelle nos voix

en se sachant pourtant si fragiles

s’affranchissent des certitudes pour mieux

caresser la terre et grimper dans l’azur…

 

La rose surprise…

20180524_091609

B. Perroy – Sologne 2018

La rosa sorpresa in flagrante bellezza
s’innalza tra le spine della vita
prorompendo in tutta la sua scarlatta superiorità
come la gioia di colui che si sa abitato suo malgrado
oltre le miserie e gli affanni
da una fonte di luce…
Bernard Perroy

(traduction Attilia Lanniello)

*
La rose surprise en flagrant délit de beauté
se dresse parmi les épines de la vie,
éclate de toute son arrogance écarlate, 
comme la joie de celui qui se sait habité malgré lui,
au-delà des misères et des soucis
par un puits de lumière…

Bernard Perroy

*

Je connais si peu…

33748837_2190589597889927_6062789115072479232_n

© Bernard Perroy - Sologne, 2018

                     à Dominique Sampiero,

Je connais si peu
de ce qui demeure
en moi

qu’un long parcours
au gré des longitudes
de ma géographie intérieure

ne suffirait pas
à contenter l’aiguillon
de ma curiosité,

et juste un pas
vers une chanson
d’enfance

me suffit pour l’instant
pour avancer 
d’un pas…

Bernard Perroy

*

Conosco così poco
di ciò che dimora
in me

che un lungo percorso
secondo le longitudini
della mia geografia interiore

non sarebbe sufficiente
a soddisfare il pungolo
della mia curiosità

e solo l’avvicinarmi
a una canzone
d’infanzia

mi è sufficiente per ora
per avanzare
di un passo…”
Bernard Perroy (…………..à Dominique Sampiero)

Traduction Attilio Lanniello

#poésie #Sologne #BernardPerroy #DominiqueSampiero

*

Combien de fois…

32958023_2185350395080514_525255318976856064_n

© Bernard Perroy - Noimoutier, 2015

Dites-moi combien de fois
l’on part dans une vie
à l’aventure,

à la rencontre de l’inconnu,

quand le temps passe sous le soleil,
aussi invisible que le fleuve
de tous nos désirs,

quand la lumière s’incline
et pénètre l’épaisseur de nos pas
comme si nous nous laissions

traversés par l’infini…

Bernard Perroy

*

Ditemi quante volte
si parte nella vita
verso l’avventura

verso l’incontro con l’ignoto

quando il tempo scorre sotto il sole
così invisibile come il fiume
di tutti i nostri desideri

quando la luce s’inclina
e penetra la densità dei nostri passi
come se noi ci lasciassimo

attraversare dall’infinito…

Bernard Perroy (traduction de Attilio Ianniello)

33222833_2111435509118585_344573161594945536_n

© Lorenzo Avico

*

Quand l’aube tient promesse…

33398183_2188868711395349_7672254222926086144_n 33322845_2188868561395364_322327872406552576_n

© Bernard Perroy -

Livre Pauvre « Quand l’aube tient promesse »

avec Maria Desmée, mai 2018

 

du soleil
au bout des larmes,

quelle que soit 
la saison,

quand le printemps
fleurit

du plus profond
de nos entrailles…

Bernard Perroy

*

« Chaque aube tient parole » (Pierre Gabriel)
#poésie #LivrePauvre #MariaDesmée #BernardPerroy

*

« Pyramide humaine »

33045033_2186860368262850_4388621974172073984_n

© Catherine Vigier – « pyramide humaine », 2018

Se lier les uns aux autres
pour ne pas se laisser refroidir
par la noirceur du monde

et déchiffrer à plaisir
l’alphabet coloré
des êtres et des choses,

notes brèves ou longues
qui se promènent sur la partition
inachevée de l’humaine condition.

Bernard Perroy

« Pyramide humaine », Leporello avec Catherine Vigier, mai 2018
(dans le cadre d’une EXPOSITION  à La Rochelle, salle de l’oratoire, du 31 mai au 3 juin 2018)

33194552_2186860358262851_5628084630251896832_n

*

12345...22



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme