Bois flottés…

44690400p.jpg

.

Nos yeux s’allument,

redeviennent les yeux de notre enfance…

.

Sur le rivage meurent

nos mots d’homme :

.

mourir comme l’on s’endort,

.

le corps échoué

comme un bois mort,

.

et l’eau circule, érode et sculpte à son aise

sur nos surfaces,

.

les harmoniques du temps

ou ses escarpements,

.

et toutes ces traces que l’on porte

avec soi,

.

l’encens de l’âge qu’on offre

à la lumière du soir 

.

et qui s’échappe tout doucement

depuis le fond de notre regard…

.

42807904p.jpg
.

Non,

ce n’est pas d’hier

ces moments

où les mots

semblent se dérober.

 .

La vie s’offre parfois

comme un cratère béant,

une absence,

un squelette d’espérance,

 .

et pourtant,

il reste toujours

dans nos entrailles

une révérence,

 .

pour la petite musique de l’eau vive…

 .

15474434m.jpg

.

© photos Emila Gitana

*

 

0 Réponses à “Bois flottés…”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme