Archive mensuelle de août 2015

Ce lieu…

© B.PERROY-abbaye de Melleray

© B.PERROY – abbaye de Melleray – 2014

Tu trembles
D’avoir à dire
Ce lieu en toi
Que rien
Ne peut circonscrire

Bernard Perroy
(extrait de « Un soir où le soleil d’octobre… »,
éditions Sac-à-Mots 2005)

Petite improvisation sur la lumière…

 

Bernard PERROY

improvise au piano sur quatre accords…

improvise en paroles…

pour chanter la lumière…

 Image de prévisualisation YouTube

© photos B. PERROY – Sologne

dommage, cela s’échève brutalement sur… « le feu…

de mon coeur » !

*

Petite promenade dans « Une Gorgée d’Azur »…

à travers les textes de Bernard PERROY (lus par l’auteur) et les encres de Rachid KORAÏCHI

« Une gorgée d’azur », éditions Al Manar

Image de prévisualisation YouTube

*

L’embellie…

 

Image de prévisualisation YouTube

LIVRE PAUVRE (coll. D. Leuwers 2015),

poème B. PERROY / aquarelle JN. BACHES

*

La pauvreté me dévisage…

 

pauvrté1

expo Synergy© pochoirs Jef Aérosol &  Lee Jeffries

La pauvreté me dévisage
et je ne sais pas
si elle vient de moi
ou de cet homme
assis sur le trottoir,

tandis que sa voix
et la mienne se perdent
dans la rue qui bourdonne
comme pour mieux nous faire saisir
ce silence d’empathie
qui bourgeonne de nos deux coeurs.

Bernard PERROY

*

Poverty stares at me
and I don’t know
if it comes from me
or that man / sitting on the sidewalk,

while his voice
and mine are lost
in the buzzing street
as if to better seize us
this silence of empathy
budding of our two hearts.

Bernard Perroy
                                         (traduction d’Elis Podnar)

*

La pobreza me mira fijamente
Y no sé
Si viene de mí
O de este hombre
Sentado en la acera,
Mientras que su voz
Y la mía se pierden
En la calle que tararea
Como para mejor hacernos comprender
Este silencio de empatía
Que florece de nuestros dos corazones.
*
Me mira fijamente a la pobreza
Y yo no sé
Si se trata de mí
O ese hombre / sentado en la acera,
Mientras que su voz
Y el mío están perdidos
En la calle zumbando
Como si fuera a mejor apoderarse de nosotros
Este silencio de empatía
De nuestros dos corazones en ciernes.
Bernard sabadell
…………………………………………(traducción de Vladimir Rivoira)

 

*

Image de prévisualisation YouTube

© enregistrement et poème de B. Perroy




Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme