Archive pour la Catégorie 'AU FIL DU TEMPS… 14'

Page 2 sur 2

L’oreille tendue…

22007596_130887794306686_4507294698661481990_n

© Bernard Perroy, Noirmoutier, les Sableaux, 2017

L’homme vaque à ses pas,
l’oreille tendue 
vers le silence qui le porte
à l’intime de lui-même,
dans cet espace parsemé 
d’ombres et de lumière
dont le pesant de gloire
dépasse infiniment
tout le fardeau du monde…

Bernard Perroy

*

L’eau s’envole…

21752350_2052824431666445_3288243420889917369_n

© Bernard Perroy - Nantes – place Graslin – 2017

L’eau s’envole 
en gerbes neuves,
éclosions de fraîcheur 
et de joie

que la fontaine débonnaire 
distribue sur la place 
du matin jusqu’au soir

pour nos yeux ébahis
aussi vifs et fragiles 
que nos tout-petits 
coeurs d’enfant…

Bernard Perroy

21687810_2053434081605480_4065564519995249732_n

© Bernard Perroy - Nantes – place Graslin – 2017

*

La lumière nous invite…

21314401_2045676209047934_5921062948224374821_n

© Bernard Perroy - Noirmoutier 2017

La lumière nous invite
à chanter la gamme de tous nos pas,

de nos élans, de nos boîteries,

de tout ce qui se passe en soi

dont le visage s’étire
inconsidérément

de la terre jusqu’au ciel…

Bernard Perroy

21462781_2045844009031154_6749996255536808936_n

© Bernard Perroy - Noirmoutier 2017

*

à petits pas…

21430444_2044818845800337_5017101039970552614_n

© Bernard Perroy - Le Viel, Noirmoutier, 2017

Ce précis minuscule
d’ombre et de lumière

aux allures de bonheur 
découvert entre deux murs

nous apprend à petits pas
la fragile et suprême

élégance de la vie…

Bernard Perroy

*

et c’est tant mieux…

21167781_2043061599309395_1317100137184587705_o21192853_2043064375975784_5844084654314286440_n
21231246_2043063022642586_3063347946629832151_n21199796_2043070725975149_6257680029454334216_o
© Bernard Perroy – Le Viel – Noirmoutier 2017
Se satisfaire des chemins écartés,
des souvenirs d’enfance,
 
arpenter le jour, au jour le jour,
avec le coeur insoumis,
 
se projetant en dehors du sentier
de nos propres habitudes,
 
et prendre sur soi, infiniment,
pour dépasser toute tristesse,
 
fixer la plus profonde des émotions,
qui nous retient au fil des ans,
 
celle de ne rien encore comprendre de la vie,
 
et c’est tant mieux…
 
Bernard Perroy

 

 *
12



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme