Archive pour la Catégorie 'AU FIL DU TEMPS… 15'

Nos mains mains fragiles…

P1260438

© Bernard Perroy - Luzéronde, Noirmoutier – 2013

Nos mains fragiles
s’agrippent à la lumière
qu’elles voient filer 
entre les doigts
comme les étoiles dans la nuit…

et ce n’est pas tant le bruit
qu’un long désir d’être à soi 
pour mieux goûter 
aux lumières du paysage
comme l’on contemple l’incendie 
d’un regard,

qui nous invite à nous asseoir
comme des enfants 
au bord de l’océan,
parmi les rumeurs 
merveilleuses du silence…

Bernard Perroy

*

#poésie

Je ne sais plus…

28783417_2138772069738347_1689479276594119167_n

© B. Perroy – Abbaye de Melleray – 2017

 

« parce que nous avons mémoire
                                         du matin manquant« 
                                        (Marie Desmaretz)

 

Je ne sais plus comment trouver
la route pour avancer d’un pas confiant
vers la lumière…

Quel sont ces chants, ces mots
de tous les jours

qui se balancent devant moi
comme des murmures,
comme des volcans ?

Je m’exerce à marcher, à sourire, à nager
dans l’épaisseur des vas-et-viens
des pas pressés et des regards,

à persévérer dans la suite de mes pas
mis bout à bout

comme l’écolier apprend à lire
et découvre la phrase,
syllabe après syllabe,

en ânonnant dans les larmes
sa quête de bonheur,

en susurrant au-delà de lui-même,
vers le soleil couchant,
toutes les pépites cachées
de son espérance…

Bernard Perroy

*

Je voulais te chercher…

27973561_2130614437220777_7025170389939358847_n

© Bernard Perroy - Noirmoutier 2017

Je voulais te chercher
parmi les jonquilles bleues
et d’autres rêves tout aussi beaux
dans leur façon d’éveiller
la beauté en mon coeur
et ce désir de la partager
à autrui, lui-même beau
d’être humain tout simplement,

mais rien n’est si facile
et la juste reprise 
de la goutte d’eau
tombant sur la roche
seconde après seconde 
pour la polir avec le temps,
me donne le tempo
pour aller à ta rencontre
et découvrir

combien tu m’aimes
à la fois dans ma nuit et mon jour, 
mon obscur, mon éclat,
mes boiteries et le chant 
sans cesse renouvelé
de ma gratitude…

Bernard Perroy

*

La rose surprise…

26994149_2117925061823048_5201477906350052564_n

© Bernard Perroy – Sologne – 2017

…………………………………………à Véronique Sergent,

La rose surprise
en flagrant délit de beauté

se dresse parmi
les épines de la vie,

éclate de toute son arrogance
écarlate, 

comme la joie de celui
qui se sait habité malgré lui,

au-delà des misères
et des soucis,

par un puits de lumière…

 

Bernard Perroy

*

de l’autre côté du mur…

26239267_2110617192553835_488869606344910485_n© Bernard Perroy – Noirmoutier 2013

 

de l’autre côté du mur,
un pays tant attendu,

et s’il se perdait en jachère
dans les herbes folles du désir,

ou bien dans les airs
d’un ciel gris ?

ou bien se retrouverait-il,
toujours fidèle en ses couleurs

d’espoir et de plénitude,
dans les confins

de nos demeures intérieures ?

 

Bernard Perroy

*

par tout ce qui penche…

26166857_2102051676743720_3681734077144154335_n

© Serge Nouailhat – fusing-sculpture sur verre (détail), 2005

J’arpente le silence
avec le regard de l’enfant
que je ne suis plus.

Je découvre des plaines de bonheur 
ou de peine…

Par monts et par vaux
j’hume le mystère qui m’entoure
et m’envahit de désir et de joie…

Je m’abreuve du concert 
des couleurs de mon âme et de sa flamme,

des multiples paysages intérieurs
de mon coeur aimanté par l’azur 
ou le sang,

par tout ce qui penche
et nous amène à pactiser pour toujours 

avec la tendresse…

Bernard Perroy

*

Comme l’eau des fontaines…

19274857_2090176284597926_7183809069082569999_n

© Bernard Perroy - place Royale, Nantes, sept. 2017

                  à la mémoire de Jean d’O., de Johnny Hallyday,
                 de Françoise Dolto  et de tous ceux qui nous sont chers,
.

Les mots 
ne serviraient-ils de rien ?
La mort nous suit 
à chacun de nos pas

comme l’eau des fontaines s’écoule
et se perd éphémère
dans les anfractuosités
et les secrètes respirations du sol…

Rien ne demeure sur cette terre
si ce n’est ce peu d’attention
que nous avons eu 
les uns pour les autres,

et toute ligne de conduite
n’est que ce temps d’essai
pour apprendre et sourire
en tout temps à qui va,

car toute fête
est au rendez-vous
chaque jour
malgré les pluies
et les tempêtes…

Je suis  »l’aimable animal »
d’intelligence et d’instinct
qui marche vers ce qu’il ne voit
qu’avec les yeux du coeur…

Bernard Perroy

 

*

sans titre…

23621530_2079920148956873_5209432356095558708_n

© Bernard Perroy - Le Viel – rue du Père Crêpier – Noirmoutier 2014

Je vois juste le mur et ses mots de silence
à travers fentes et pierres 
aux jointures malhabiles
par lesquelles naissent pourtant
herbes frêles et mouvements sous le vent,

et chante la vie 
en ses gammes de verdure
défiant tout désastre,

et passe la beauté par la lumière du soir
que je n’apercevais plus mais qui me revient soudain
par les touches sensibles du soleil couchant
aux subtiles caresses sur la pierre et le végétal 
pour le simple régal de mes yeux…

Bernard Perroy

*

à petits pas…

21430444_2044818845800337_5017101039970552614_n

© Bernard Perroy - Le Viel, Noirmoutier, 2017

Ce précis minuscule
d’ombre et de lumière

aux allures de bonheur 
découvert entre deux murs

nous apprend à petits pas
la fragile et suprême

élégance de la vie…

Bernard Perroy

*

et c’est tant mieux…

21167781_2043061599309395_1317100137184587705_o21192853_2043064375975784_5844084654314286440_n
21231246_2043063022642586_3063347946629832151_n21199796_2043070725975149_6257680029454334216_o
© Bernard Perroy – Le Viel – Noirmoutier 2017
Se satisfaire des chemins écartés,
des souvenirs d’enfance,
 
arpenter le jour, au jour le jour,
avec le coeur insoumis,
 
se projetant en dehors du sentier
de nos propres habitudes,
 
et prendre sur soi, infiniment,
pour dépasser toute tristesse,
 
fixer la plus profonde des émotions,
qui nous retient au fil des ans,
 
celle de ne rien encore comprendre de la vie,
 
et c’est tant mieux…
 
Bernard Perroy

 

 *



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme