Archive pour la Catégorie 'AU FIL DU TEMPS… 9'

L’Arrière-pays

ar-pays3

© collages de Ghislaine Lejard

Sur fond de jungle citadine

et de mots placardés en gros titres

pour propager à qui veut

les nouvelles du monde,

 .

un rossignol

en toute innocence

ose poursuivre ses trilles

et te combler de clarté

  .

dans « l’Arrière-pays »

qu’est la clairière de ton cœur.

  .

Bernard Perroy

.

pour un Livre pauvre, « L’Arrière-pays », sur des collages de Ghislaine Lejard (collection Daniel Leuwers, 2015)

 

ar-pays2

© collages de Ghislaine Lejard

ar-pays1

© collages de Ghislaine Lejard

*

Colporteur d’étoiles…

 

10383578_1623908494558043_7633123789339814227_n

   ©  Jef Aérosol

                                       poème sur un pochoir de mon frère Jean-François

                                       (Jef Aérosol de son nom d’artiste),

 

Colporteur d’étoiles,
de papillons,
de désirs multiples
au-delà de tout ce qu’on sème
en ombres chinoises,

colporteur,
peintre ou poète,
pour amorcer le pas, le rire,
les pleurs aussi,

et bondir tout de go 
vers tout ce qui nous porte
vers les rencontres
et ceux qu »on aime
depuis toujours…

Bernard Perroy

 

*

couleurs…

 

11412410_1620201238262102_6079427273360686324_n

Port de Noimoutier - © B. Perroy

Le silence et le port,
le cliquetis des mâts,
le grain de la matière
à la surface de chaque chose,
.
tout te parle… 
.
Tu butines l’offrande de la lumière,
son jeu délicat
d’entre les ombres.
.
Tu manges les couleurs
et tes yeux s’illuminent
de l’intérieur. 
.

Bernard Perroy

*

Sur le fil du chemin…

11137193_1616358048646421_3034574003913807053_n

 Le Gois – Noimoutier – 2014  © B.PERROY

 

J’aimerais bien
me promener,
me déplacer
courir d’une rive à l’autre,

d’un rêve grignoté par l’oubli
à la réalité du parfum
ennivrant des glycines,..

d’un horizon perdu
à un autre retrouvé,

d’une absence de voix
à la terre fertile d’une présence
que je découvre

mot après mot,
pas après pas,

le coeur mis à nu,
quand il progresse ainsi
dans l’espace surprenant
de la page virginale…

 

Bernard Perroy

*

 

L’embellie…

 

l'embellie-blog

« L’embellie » - ©  Bernard Perroy

 

Depuis le bord de l’eau,

j’écoute le silence bouger

léger

.

en mille et une inflexions

de verts, de bruns

et de blancs…

.

… sur le rythme des tiges

et des ombelles balancées

par le vent…

.

Belle embellie

quand le calme des eaux

se prolonge jusque dans mon cœur…

.

.

Bernard Perroy

.

(pour Livre Pauvre – Daniel Leuwers, 2015

aquarelles-fusains de Bachès)

L'embellie2-blog

« L’embellie » - ©  Bernard Perroy

 

*

prochain envol…

 

envol0-©Bernard-PERROY

envol au Viel – Noirmoutier - © B. Perroy

Nous pouvons tout

espérer

 .

quand doucement

se pose la mouette légère

sur le flot de toutes nos pesanteurs ;

 .

pause silencieuse

avant le cri

irrépressible du prochain envol.

 

Bernard Perroy

           envol1-©Bernard-PERROY  envol2-©Bernard-PERROY

           envol3-©Bernard-PERROY   envol4-©Bernard-PERROY

envol au Viel - © Bernard Perroy 2015

*

extraits du large…

 

P1010243

Noirmoutier – ©  B. Perroy

Le vent frappe aux volets

tandis que la nuit

s’approche à grands pas.

.

L’ivresse d’un nom

ou la longue litanie

des visages aimés

peuplent tes mots et ta mémoire.

 .

La vie ce soir

déborde ta demeure,

ouvre sa carte du tendre

sur les élans de ton enfance,

 .

ce vaste fleuve

dont le courant t’emmène

si sûrement

vers la porte de l’océan…

 .

Bernard Perroy

 

P101024

Noirmoutier – ©  B. Perroy

 

*

De quel côté ? …

paysages-D. Lefevre

coll. « paysages » - © Dominique Lefevre

De quel côté
habite la lumière ?

Celle qui donne
à la terre son teint vermeil

et au coeur
sa note profonde ?

De quel côté
habite la lumière ?

 

Bernard Perroy

 crbst_photo4421-u5436

coll. « mouvements » –   © D. Lefevre

*

Charmes…

1669872_1506959579586269_3474672315307602553_o

Charmes –  © Perroy- Koraïchi – Livre Pauvre, 2014

.

                           pour Daniel Leuwers et Rachid Koraïchi,

.

Céder

sous le charme du fleuve,

du vent, des heures lentes,

.

sous le charme des mots

quand ils ne disent rien d’autre

qu’un envol

par delà le balcon, les prés,

les frondaisons,

.

l’envol d’un regard happé par le désir

de rejoindre les feux

qui se beignent là-haut

dans les cieux

un beau matin de mai

qu’il fait si froid encore,

.

quand le coeur pelotonné

s’ouvre à tous les possibles,

sachant de vif amour

et d’abandon

que chaque jour

.

il faut recommencer…

.

Bernard perroy – poème / Rachid Koraïchi - encre

(pour la collection des LIVRES PAUVRES  de Daniel Leuwers, 2014)

.

 

10697404_1506986069583620_7865024862822744526_o

P101093charmes4

*

à sa manière…

 

abbaye ND de la Melleray- B.Perroy

abbaye de La Melleray –  © B. Perroy

Tu ne me parles plus

d’emboîter le pas

pour des rives inconnues.

 

Le temps peut-être

à sa manière

simplifie le désir

 

et les mots s’empressent

de donner au plus juste

l’expérience d’un regard

jeté sur la vie

 

avec ses feuilles,

ses fleurs,

ses visages,

 

comme l’on s’émerveille

un soir

de la richesse d’une enluminure.

 

Bernard Perroy

 




Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme