Archive pour la Catégorie 'COLLABORATIONS'

Quand l’aube tient promesse…

33398183_2188868711395349_7672254222926086144_n 33322845_2188868561395364_322327872406552576_n

© Bernard Perroy -

Livre Pauvre « Quand l’aube tient promesse »

avec Maria Desmée, mai 2018

 

du soleil
au bout des larmes,

quelle que soit 
la saison,

quand le printemps
fleurit

du plus profond
de nos entrailles…

Bernard Perroy

*

« Chaque aube tient parole » (Pierre Gabriel)
#poésie #LivrePauvre #MariaDesmée #BernardPerroy

*

« Pyramide humaine »

33045033_2186860368262850_4388621974172073984_n

© Catherine Vigier – « pyramide humaine », 2018

Se lier les uns aux autres
pour ne pas se laisser refroidir
par la noirceur du monde

et déchiffrer à plaisir
l’alphabet coloré
des êtres et des choses,

notes brèves ou longues
qui se promènent sur la partition
inachevée de l’humaine condition.

Bernard Perroy

« Pyramide humaine », Leporello avec Catherine Vigier, mai 2018
(dans le cadre d’une EXPOSITION  à La Rochelle, salle de l’oratoire, du 31 mai au 3 juin 2018)

33194552_2186860358262851_5628084630251896832_n

*

« Sous la saison du vert amour »

30715132_2164497357165818_2245942965933343298_n

© Bernard Perroy – avril 2018

               à Béatrice Douvre, i.m.,

Comment

se maintenir en paix,

déchiffrer

pour toute beauté,

sur des prés

d’herbe fraîche,

l’âme

en repos et blessure d’Amour,

malgré

tout le chaos du monde ?

 

Bernard Perroy

(« Sous la saison du vert amour »,
collage de Max Partezana,
Livre Pauvre, coll. Daniel Leuwers, avril 2018)

 

30708036_2164497520499135_7412794559593677422_n 30713465_2164497743832446_2314707771420234143_n 30715132_2164497357165818_2245942965933343298_n 30725207_2164497560499131_4110346206793188068_n

*

Lumière natale…

24899979_2089164964699058_3960416485494044804_n

photos : © Bernard Perroy

………………………à Pierre Gabriel, i.m.

En toute liberté,
dans la lumière natale des gisements 
de mon être,

je veux te dire 
combien je t’aime 
entre les lignes de tout 
ce que je vis
et l’indolence des pierres 
sacrées ou profanes 

parmi lesquelles 
se niche peut-être la trace de mots 
gravés bien au-delà 
de tout langage sur cette terre,

si tant est que nous puissions 
nous laisser rejoindre 
comme des enfants 
par l’amour infini…

Bernard Perroy

*
« Lumière natale » (à Pierre Gabriel, i.m.)
texte Bernard Perroy / collage Max Partezana Artiste Peintre
Livre pauvre, collection Daniel Leuwers, 2017
*

24129588_2089165438032344_5893335338491348483_n

photos : © Bernard Perroy

*

Consolation…

24174655_1309563812483125_2100169285705030386_n

24176824_1309563715816468_976968923987069948_n

24232201_1309533232486183_6947599892411465200_n

« Consolation » - © Catherine Vigier – 2017

Juste le toucher d’un regard
effleurant jusqu’au cœur
le rouge profond d’un autre regard,
un baiser d’âme à âme,
pour que brille, au milieu
de la nuit de nos indifférences
et du sang versé,
le baume d’un peu d’humanité…

Bernard Perroy
*
leporello « CONSOLATION » – déc. 2017
œuvre plastique : Catherine Vigier
texte : Bernard Perroy
*

24174148_1309563685816471_8659513647285969596_n

*

Le jour brille…

23916066_2086950864920468_7093464786124127207_n 24129891_2086951264920428_7476194300894090698_n

24130026_2086951204920434_2873226052932421573_n 24176641_2086951214920433_6594284382118084386_n

photos : © Bernard Perroy & Maria Desmée – « Le jour brille » – LP  2017

………………….à Bruno Doucey,

Le jour brille
et c’est comme lorsqu’on rit,

un jour ou l’autre la pluie se risque
entre les interstices de la vie
et l’on vieillit en apprenant
l’autre versant de l’enfance,

un arc-en-ciel à la bouche
comme seule ligne rouge
de ce qui bouge sans cesse

à l’intérieur de soi…

Bernard Perroy
*
Livre Pauvre, « LE JOUR BRILLE », déc. 2017
texte : Bernard Perroy
encres : Maria Desmée
*

mille soleils splendides…

24174620_152158405512958_1619892705127073717_n

« mille soleils splendides » - © Bernard Perroy

Même s’il fait gris sous la pluie,
des enfants font des bulles
dans les jardins secrets
de chacun de nos cœurs,

et leurs pupilles rutilent
comme des billes de lumière
lancées dans les airs 
parmi vents et planètes, 

l’air de rien,
comme brille la vie
sans qu’on y pense
quand tout va bien.

*
« Mille soleils splendides »
(Khaled Hosseini)
texte- Bernard Perroy
collage-Max Max Partezana
Livre Pauvre, collection Daniel Leuwers, 2017

*

24131065_152158402179625_8346047693747489567_n

« mille soleils splendides » - © Bernard Perroy

Houle…

La houle des herbes foulées sous mes pas
m’ensauvage l’âme qui cherche dans le ciel
son plus sûr appui pour avancer au large…

(Livre Pauvre, texte Bernard Perroy / collage Ghislaine Lejard – 2017)

 

22491714_2065540093728212_7930230102897390000_n

22519483_2065534087062146_5449684040912510837_n

22528213_2065533327062222_3122809839579393757_n

*

 

Sources du vent…

13537670_1768191340129757_136237510152584089_n

Un jour
j’ai rencontré
le vent

parmi les blondeurs orangées
d’un paysage aux lignes pures,

et de son souffle
il parcourait le Livre
qui me parlait
de son mystère

car on ne sait
ni d’où il vient
ni où il va

même s’il caresse notre chair
et passe par notre bouche
en colportant la flamme du bonheur
et qu’elle s’est mise à fleurir

dans le puits
de mon cœur.

Bernard Perroy

pour Livre Pauvre, coll. Daniel Leuwers, 2016
texte Bernard Perroy / œuvre plastique Chantal Giraud

photos : © Bernard Perroy, « Sources du vent », B.PERROY/C.GIRAUD, juin 2016

13495038_1768191026796455_8086521725276050559_n13501836_1768191176796440_3566484610219951840_n

13516201_1768193413462883_4400554767856363547_n

13557652_1768191650129726_7060319770439042371_n

13495038_1768191430129748_3705618470951365722_n

13516188_1768191473463077_5925103838929909711_n 

sources-du-vent2

sources-du-vent1

sources-du-vent3

 

 

*

Rouge, noir, bleu…

 Pochoirs/Poèmes – Jef Aérosol/Bernard  Perroy

mai – septembre 2016 à la « Maison Elsa Triolet et Aragon »

© Roswhita Guillemein

pochoir Jef Aérosol/texte Bernard Perroy – © Roswhita Guillemein

http://roswitha-guillemin.tumblr.com/…/1447462…/elsa-triolet

.

………………………..à mon frère Jef,

Rouge, noire ou bleu

de sang, de colère ou de peur

devant les violences de la vie,

 

mais il suffit que des mots,

des signes, des visages aimés

s’allongent sur les murs, le papier

 

pour que s’élève tout-à-coup

la voix d’un feu en nous

qu’Aragon nommait

 

pour les beaux yeux d’Elsa,

« ce frémir d’aimer

qui n’a pas de mots ».

 

…………..Bernard Perroy

 

*

 

12



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme