Le jour brille…

23916066_2086950864920468_7093464786124127207_n 24129891_2086951264920428_7476194300894090698_n

24130026_2086951204920434_2873226052932421573_n 24176641_2086951214920433_6594284382118084386_n

photos : © Bernard Perroy & Maria Desmée – « Le jour brille » – LP  2017

………………….à Bruno Doucey,

Le jour brille
et c’est comme lorsqu’on rit,

un jour ou l’autre la pluie se risque
entre les interstices de la vie
et l’on vieillit en apprenant
l’autre versant de l’enfance,

un arc-en-ciel à la bouche
comme seule ligne rouge
de ce qui bouge sans cesse

à l’intérieur de soi…

Bernard Perroy
*
Livre Pauvre, « LE JOUR BRILLE », déc. 2017
texte : Bernard Perroy
encres : Maria Desmée
*

mille soleils splendides…

24174620_152158405512958_1619892705127073717_n

« mille soleils splendides » - © Bernard Perroy

Même s’il fait gris sous la pluie,
des enfants font des bulles
dans les jardins secrets
de chacun de nos cœurs,

et leurs pupilles rutilent
comme des billes de lumière
lancées dans les airs 
parmi vents et planètes, 

l’air de rien,
comme brille la vie
sans qu’on y pense
quand tout va bien.

*
« Mille soleils splendides »
(Khaled Hosseini)
texte- Bernard Perroy
collage-Max Max Partezana
Livre Pauvre, collection Daniel Leuwers, 2017

*

24131065_152158402179625_8346047693747489567_n

« mille soleils splendides » - © Bernard Perroy

sans titre…

23621530_2079920148956873_5209432356095558708_n

© Bernard Perroy - Le Viel – rue du Père Crêpier – Noirmoutier 2014

Je vois juste le mur et ses mots de silence
à travers fentes et pierres 
aux jointures malhabiles
par lesquelles naissent pourtant
herbes frêles et mouvements sous le vent,

et chante la vie 
en ses gammes de verdure
défiant tout désastre,

et passe la beauté par la lumière du soir
que je n’apercevais plus mais qui me revient soudain
par les touches sensibles du soleil couchant
aux subtiles caresses sur la pierre et le végétal 
pour le simple régal de mes yeux…

Bernard Perroy

*

à sa manière…

23518906_2078833252398896_4821464787494829982_n

© Bernard Perroy - Noirmoutier – 2011

Tu ne me parles plus
d’emboîter le pas
pour des rives inconnues…

Le temps peut-être
à sa manière
simplifie le désir,

et les mots
s’empressent de donner
au plus juste
l’expérience d’un regard
jeté sur la vie

avec ses fenêtres,
ses fleurs,
ses visages,

comme on s’émerveille 
de la richesse
d’une enluminure.

Bernard Perroy

*

Les mots se promènent…

23167608_2073221962960025_5393150072984371843_n

© Bernard Perroy - port de Nantes, 2017

Les mots se promènent 
de bouche à oreille
et tanguent sur l’océan de la vie.
Ils embarquent sur des vaisseaux
aux multiples cordages
pour un voyage au long cours,
sans que nous puissions 
comprendre grand-chose
de ces orages, ces éclaircies,
de ces masques mesquins,
arrogants ou somptueux,
de ces dépouillements aussi 
et de ces dévoilements 
qui toujours nous surprennent,
mais la promesse de l’horizon 
à l’orient de nos vies
est un parfum qui nous captive,
nous accompagne nuit et jour
et nous stimule à prendre toujours 
pour bagage l’urgence de l’amour.

La vie s’avance…

22770700_2068436766771878_5127124167179738758_o

© Bernard Perroy, Passage Pommeray, Nantes, 2017

La vie s’avance
à tâtons ou par bonds,

langage-mosaïque
en ses multiples variations
de contenus et de formes,

et les mots pour le dire
de même se resserrent
ou s’allongent,

évoluant sur la page
en éclaireurs
ou en longues cohortes,

avec patience ou déraison,
à la recherche de clairières intimes
ou du vaste horizon…

Bernard Perroy

*

 

Houle…

La houle des herbes foulées sous mes pas
m’ensauvage l’âme qui cherche dans le ciel
son plus sûr appui pour avancer au large…

(Livre Pauvre, texte Bernard Perroy / collage Ghislaine Lejard – 2017)

 

22491714_2065540093728212_7930230102897390000_n

22519483_2065534087062146_5449684040912510837_n

22528213_2065533327062222_3122809839579393757_n

*

 

On voudrait savoir…

22366470_135730720489060_4231329376404036117_n

© Bernard Perroy - abbaye de Melleray, 2017

La route s’éloigne
à travers la campagne
et l’on voudrait savoir
ce qui se cache là-bas,

ce qui s’élance aussi
du fond de nos abîmes,
ces remuements fertiles,
blessés par la lumière,
intimes de quelle source ?

(à Pierre Dhainaut)

Bernard Perroy
(extrait de « Une joie tremblante », 
préface J.P. Lemaire, éd. Ad Solem)

*

Le monde est beau…

22338762_134163990645733_3368959319524633517_o

© Bernard Perroy – Noirmoutier 2017

Le monde est beau
qui brille d’énigmes
et de silence et de bruits

dans cet enclos de vie
où tout est important
depuis ces petits agacements
jusqu’au désir le plus grand

bienvenu quand il attise nos pas
et notre élan pour des paroles d’eau vive
cachés dans l’insignifiant …

Bernard Perroy

*

D’un mouvement d’aile…

22141181_2057431557872399_3049712163688599753_n

© Bernard Perroy, Noimoutier, les Sableaux, 2017

La main de l’aube
caresse nos épaules

d’un mouvement d’aile
et d’azur,

et susurre 
à l’oreille de notre coeur

ce qui nous pousse
invisiblement

encore aujourd’hui
à la joie de vivre…

Bernard Perroy

*

12345...21



Les polars de Morize |
La SOURCE de CARISA |
houdaprintemps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK
| un homme